4 bonnes raisons d'intégrer le Zéro déchet à sa stratégie d’entreprise

November 4, 2020

 

Souvent utilisé dans la sphère BtoC et entre particuliers, le terme "Zéro déchet" concerne pourtant d’abord l’entreprise pour qui le déchet revêt des enjeux significatifs.

 

Car, si l’entreprise d’hier pouvait assez facilement, et sans beaucoup de conséquence, confier sans distinction l’ensemble de ses déchets à un prestataire, ce n’est clairement plus le cas. Le Déchet devient stratégique pour l’entreprise. Ni plus, ni moins...

 

Pourquoi ? Voici 4 bonnes raisons pour lesquelles toute entreprise soucieuse de sa pérennité devrait intégrer le Zéro déchet à sa stratégie d’entreprise.  

 

 

1 : Le déchet impacte la performance globale de l’entreprise

 

Le déchet est avant tout une ressource qui a été mal utilisée. Elle a été extraite, transportée, stockée, manutentionnée, transformée, etc.

De l’énergie, des matières premières, du temps humain à chaque étape du process… tout ça pour finir à la benne ?? Littéralement, il s’agit d’une non-qualité, d’une non-performance qui vient impacter directement l’efficacité de l’entreprise.

 

 

2 : Le déchet expose l’entreprise aux aléas

 

Le monde du 21ème siècle est mouvant et demande une grande résilience aux organisations. Un certain nombre de crises se succèdent de manière toujours plus rapprochée. Par exemple :

  • Les fluctuations sur le marché du pétrole / gaz 

  • Les tensions diplomatiques et les politiques étatiques favorisant le marché intérieur 

  • Les crises sanitaires

Sur le marché mondial des déchets, ces aléas réduisent les débouchés pour les déchets (filières de recyclage, traitement) ce qui a deux impacts majeurs :

  • L’augmentation des prix

  • La perte nette de débouchés qui se traduit parfois, pour les producteurs, par l’impossibilité de faire évacuer leurs déchets faute d’alternative.

 

3 : La mise en place d’une stratégie Zéro Déchet renforce

l’attractivité de l’entreprise sur son marché

 

L’image de responsabilité vis-à-vis de l’écosystème n’a jamais autant compté !

 

La quête de sens au niveau de la société se traduit par une valorisation des entreprises perçues comme vertueuses, et la dénonciation voire le boycott des entreprises qui ne sont pas perçues comme telles.

 

La modification des choix de consommation se répercute sur toute la chaîne de valeur (B to B et B to C). La responsabilité de l’entreprise s’est, de fait, élargie à ses sous-traitant et à ses fournisseurs, qui eux-mêmes doivent rendre des comptes sur leurs partenaires entraînant un remodelage profond du monde de l’entreprise : l’engagement RSE (réel) devient dès lors un avantage concurrentiel pour l’entreprise. A l’inverse, les entreprises non engagées se voient entravées dans leur développement voire mis au ban dans les cas les plus extrêmes.

 

 

4 : La règlementation déchets se renforce

et devient coercitive (ce qu’elle n’était pas)

 

La réglementation a, ces dernières années, évolué, avec notamment la loi sur la transition Ecologique et ses ambitions fortes. Voici comment cela se traduit pour l’entreprise en quelques exemples :

  1. Augmentation très forte de la TGAP (Taxe Générale sur les Activités Polluantes) : il est prévu que l’une des principales TGAP sur l’enfouissement passera de 25€/tonne en 2020 à 65€/tonne en 2025. Soit une hausse de +150% ! Prochaine augmentation prévue : +12€/T au 1er janvier 2021.

  2. Interdiction de l’enfouissement des matières valorisables (dont les biodéchets) : elle oblige l’entreprise à séparer ses déchets valorisables sur site. Un nombre croissant de prestataires n’accepte plus les DIB contenant des matières valorisables pour les risques d’amende qu’ils encourent car des contrôles sont désormais réalisés (amendes jusqu’à 75K€).

  3. Réduction par 2 des déchets enfouis d’ici 2025 : réduction par décret, chaque 1er janvier, des capacités de stockage des décharges pour obliger la séparation en amont : mais que faire des DIB en surplus ? Certains prestataires ne les acceptent plus en cours d’année, ayant atteint leurs quotas et ne disposant plus de débouchés alternatifs.

Être hors la loi au sujet des déchets n’avait jamais été très gênant / coûteux jusqu’à présent. L’application de la règlementation déchets impacte désormais fortement le prix du déchet et contraint le producteur à prendre ses responsabilités.

 

En conclusion

  • Il est nécessaire de repenser le modèle de l’entreprise à travers cette nouvelle contrainte de la ressource.

  • En maîtrisant ses déchets, l’entreprise reprend la maîtrise de ses risques associés (économiques, RSE, image, opportunités business…)

  • Toute entreprise se voulant performante sur la durée devra nécessairement intégrer une stratégie d’économie de la Ressource à sa stratégie globale.

  • Le zéro déchet doit être érigé en stratégie et non comme l'objectif d’un seul service (environnement, frais généraux..) ; c’est le prix de la performance durable..

 

Valorisons nos ressources et... en route vers le (vrai) Zéro Déchet !

 

Ces articles pourraient vous intéresser :

En route vers Zéro Déchet

Le marché des déchets en pleine mutation

Vidéo : Focus sur les filières biodéchets à plus haute valeur ajoutée

 

RETOUR AUX ARTICLES DE BLOG

 

 

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager sur Google+
Liker ce poste
Please reload

Posts à l'affiche

[ Infographie ] : Comment créer de la valeur à partir des déchets d'entreprise ?

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives