Avis de tempête sur les plastiques ?

November 21, 2017

Depuis septembre 2017, la décision Chinoise d’interdire l’importation de plusieurs catégories de déchets recyclables perturbe très défavorablement les marchés.

 

Cette interdiction fait suite à la mise en place, par le gouvernement Chinois, du programme SWORD.  L’effet immédiat est la baisse du prix des matières secondaires. Les 8 familles de plastiques particulièrement touchées concernent principalement celles issues de matières triées en mélange ou lavées.

 

Dans le secteur de la plasturgie, et c’est un problème Européen, ces tonnages non exportés ne trouveront pas tous preneurs sur un marché où les usines de recyclage ont déjà des problèmes pour accepter plus de matières recyclées.

 

Les matières plastiques recyclées sont en effet peu compétitives par rapport au plastique vierge qui profite du faible cours du pétrole.

 

Certains prônent l’alourdissement des taxes, notamment un prix plancher du carbone qui participerait à l’équilibre recherché, d’autres le dispositif réglementaire, de façon à favoriser l’utilisation de matières recyclées, mais cela risque d’être très long.

 

Si la décision Chinoise ressemble à une mesure protectionniste, c’est aussi une réaction pour mettre un terme à un flux trop important de matières de basses qualités, mélangées ou souillées.

 

D’autre part, dans les pays développés, les choix et exigences marketing, sanitaires, de conservation, … impliquent des conditionnements plastiques toujours plus complexes à valoriser.

 

Concernant les films polyéthylène, la Chine continuera à avoir de gros besoins pour satisfaire son secteur agricole, mais elle privilégiera les matières de belles qualités et correctement triées.

 

Contrairement aux Etats Unis et au Canada, les prestataires déchets français ont tendance à se diversifier plutôt qu’à se spécialiser. Tous essaient de faire un peu de tout et beaucoup de choses… Résultat, beaucoup de prestataires proposent les mêmes services (de la collecte de bennes à la gestion déléguée), les filières manquent d’investissement, car il est plus durablement rentable de collecter des déchets que d’investir dans des process de valorisation coûteux, alors que le prix des matières premières, lié au cours du pétrole, baisse.

 

Donc, si l’offre des prestataires déchets devra forcément évoluer vers des prestations spécialisées plus qualitatives et à plus haute valeur ajoutée, l’intérêt aujourd'hui des entreprises productrices de déchets sera de mettre l’accent sur les modes opératoires de séparation à la source et les outils de contrôle garantissant un haut niveau de qualité, pour leur permettre de vendre leurs matières aux meilleures conditions.

 

Retour sur les articles de BLOG

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager sur Google+
Liker ce poste
Please reload

Posts à l'affiche

En route vers le Zéro déchet !

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Tags