Valorisation des biodéchets & coproduits : tour d’horizon des filières à haute valeur ajoutée

March 29, 2019

 

Les biodéchets et les coproduits regroupent les déchets issus de ressources naturelles animales ou végétales. Il s’agit de déchets organiques.

 

Les biodéchets sont issus des déchets alimentaires (issus des ménages et de la restauration) alors que les coproduits correspondent plus spécifiquement aux déchets issus de l’agro-industrie et de l’agriculture (chute de production, écarts de tri, pelures, marc…).

 

Aujourd’hui les principales filières utilisées pour valoriser ces matières organiques sont le compostage, la méthanisation et l’épandage. Si ces filières sont des solutions pertinentes dans certains cas, il serait dommage de ne se limiter qu’à elles.

 

En effet, bien d’autres filières et procédés de valorisation existent : certaines sont confidentielles, d’autres sont exploitées de manière industrielle mais peuvent rester méconnues des producteurs à cause d’un système actuel « verrouillé » pour servir les intérêts industriels de certains grands acteurs du déchet, d'autres à l'état de pilotes mais promis, grâce à leurs résultats, à des développements importants.

 

Très nombreuses et diversifiées, situées à proximité des producteurs de matières, elles créent de la valeur à différents niveaux :

  • Elles favorisent l’emploi et l’activité économique au sein des territoires,

  • Elles permettent de limiter les coûts de transport et leurs impacts (CO2),

  • Elles valorisent davantage le potentiel de chaque matière,

  • Elles donnent du sens,

  • Elles s’inscrivent davantage dans une relation de partenaires (et non plus de prestataires),

  • Elles permettent de réduire la dépendance aux aléas d’un marché mondial, où les filières peuvent du jour au lendemain se retrouver obsolète car un Etat a fait le choix de fermer son marché (le cas de la Chine en 2017) ou parce que le cours d’une matière s’est effondré à cause d’un événement situé à l’autre bout du monde.

 

Voici de façon non exhaustive un certain nombre de filières alternatives aux solutions classiques pour valoriser ses biodéchets et coproduits :

 

La déshydratation thermique

Sécher in situ et réduire ainsi drastiquement les transports puisque l'eau est extraite du produit. la séshydratation reste énergivore mais permet aussi de conserver les matières et de les stocker sans nuisance olfactive et/ou sanitaires. Elle offre également un plus grand choix de filières de valorisation, à plus haute valeur ajoutée (alimentation animale, amendements...).

 

La pelletisation

Produire des granulés à partir de déchets verts (tailles et coupes de bois, palettes, bois de calage ou décaissage…) et destinés à la combustion. Durant le procédé, la matière est déshydratée sans n’avoir recours ni au séchage thermique ni à la presse. Le pellet est un produit ensuite commercialisable en l’état.

 

L’eniomoconversion industrielle (élevage d'insectes)

Il s’agit d’un procédé qui utilise les insectes comme source de transformation des biodéchets alimentaires en produits d'intérêt tels que du biocarburant, des protéines animales pour l'élevage, de la farine d'insecte, etc. Pertinent pour les déchets humides.

 

L’extraction de molécules à haute valeur ajoutée

Elle s'emploie à extraire des molécules d'intérêt des biodéchets. Par exemple, extraire d’un marc de pomme les pépins de raisins contenant des antioxydants et les fournir à l’industrie nutraceutique (compléments alimentaires). Produire du broyat de noyaux d’abricots pour l’industrie cosmétique (gommages).

 

La Pyrogazéïfication

Cette technologie regroupe la pyrolyse et la gazéification. Elle permet de produire un gaz combustible source d'énergie à partir de solides carbonés comme le charbon ou le bois ainsi que de l'amendement organique avec le char (amendement agricole très recherché), et des cendres qui pourront être utilisées dans des matériaux de construction. Rien ne se perd, tout se transforme…

 

L’électrosynthèse microbienne

Utilisation de bactéries issues des biodéchets pour produire des molécules d'intérêt (aujourd'hui produites à partir de pétrole) : acétate, acides gras, éthanol, esters. Ces molécules entrent dans la fabrication de solvants, de plastiques, de détergents et permettent donc de substituer des produits issus de l’énergie fossile.

 

Les Bioplastiques

S’il n’est pas pertinent, comme pour le bioéthanol, d’utiliser des ressources destinées à l’alimentation pour fabriquer du plastique (ou du carburant), de plus en plus d’entreprises se tournent vers la valorisation des déchets organiques en polymères.

 

L’ensemble de ces techniques ont en commun une meilleure valorisation économique des biodéchets et coproduits, l’utilisation de filières de proximité plus adaptées et plus pérennes ainsi que le développement d’une nouvelle relation, plus qualitative, entre l’entreprise productrice de matières organiques et l’entreprise consommatrice.

 

Passez de l’ère du Déchet à l’ère de l’Economie Circulaire !

Vous y gagnerez sur tous les tableaux…

 


Renseignez vous sur vos territoires sur l'Ecosystème industriel en place ou faites appel à un professionnel pour identifier le potentiel de vos matières et les filières capables de les valoriser. Chez HSE c'est ici : https://www.hse-optimisation.fr/valorisation-coproduits-biodechets

 

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager sur Google+
Liker ce poste
Please reload

Posts à l'affiche

En route vers le Zéro déchet !

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives